Dettes monoparentales : une proposition de consommateur vient en aide

Dettes monoparentales : une proposition de consommateur vient en aide

Les dettes monoparentales, c’est souvent une histoire de nécessité. On a recours au crédit parce qu’on ne peut pas faire autrement. Ainsi, les dettes s’accumulent, petit à petit, le résultat d’une montagne de responsabilités financières qui pèsent sur un revenu unique. Imprévus, urgences et d’autres frais sont réglés par des cartes de crédit. Au fur et à mesure, tout cela s’additionne. Pour la personne responsable qui fait toujours ses paiements à temps, plusieurs années peuvent s’écouler avant qu’elle ne heurte un mur.

Nous avons récemment parlé avec Ronald Gagnon, syndic autorisé en insolvabilité chez BDO, des défis que doivent relever les parents célibataires. Il voulait partager une histoire en particulier, celle d’une mère célibataire qui est venue chez BDO pour demander de l’aide. C’est une histoire inspirante qui raconte comment un parent a fait tout son possible pour créer la meilleure vie possible pour ses deux enfants mais qui veut maintenant prendre soin de son propre bien-être financier.

Planifier l’avenir avec des dettes monoparentales 

 
Mylène, un pseudonyme, approche la cinquantaine. Elle travaille à temps plein, loue sa maison et habite la banlieue montréalaise. Elle a une vieille voiture qui est devenue un fardeau en frais de réparations. Mais elle en a besoin tous les jours pour se rendre à son lieu de travail. Il lui arrive souvent de payer les factures du mécanicien avec sa marge de crédit ou avec sa carte de crédit, qu’elle rembourse quand elle le peut.

Mylène est également mère célibataire avec deux enfants qui sont maintenant adultes. « Elle a élevé ses enfants avec très peu d’aide », explique Ronald Gagnon. Avant que ses enfants aient quitté la maison, ils l’aidaient à payer toutes les factures. Mais maintenant qu’elle se retrouve seule, elle a de plus en plus de mal à arrondir ses fins de mois sans augmenter le solde de ses cartes de crédit.

Avant d’appeler BDO, elle commençait à s’inquiéter pour son avenir. Ses dettes lui paraissaient insurmontables. En plus, elle voudrait, un jour, prendre sa retraite.

Demander de l’aide pour ses dettes est le premier pas 

 
Au fil des années, Mylène a accumulé 95 000 $ de dettes, lesquelles incluaient des soldes sur plusieurs cartes de crédit et plusieurs marges de crédit.

« Pour Mylène, ses dettes se sont accumulées au cours d’une période d’une vingtaine d’années. Ce n’est pas rare de voir des dettes monoparentales autour de 100 000 $. Les institutions financières ont souvent tendance à augmenter les limites de crédit, surtout quand on paie ses factures à temps. Cela a l’effet d’augmenter sa tolérance au crédit : on s’habitue à des niveaux d’endettement de plus en plus élevés. Mais il y a un moment où l’on n’arrive plus à faire ses paiements minimaux. » 

—Ronald Gagnon, syndic autorisé en insolvabilité chez BDO

Mylène a fait de son mieux pour réduire ses dettes, mais c’était trop difficile. Son budget était déjà trop serré, même après avoir éliminé ses dépenses non essentielles. Les paiements minimaux sur ses dettes continuaient à accaparer une très grande partie de ses revenus.

Les dettes sont devenues son poste de dépense le plus important. Elle payait près de 2200 $ tous les mois pour régler les paiements de ses cartes de crédit et de ses marges de crédit. Elle a même trouvé un deuxième boulot pour essayer de mieux boucler ses fins de mois. Le travail supplémentaire lui pesait ; son moral était au plus bas. Malgré ses efforts, elle ne pouvait pas se débarrasser du sentiment que ses dettes étaient devenues insoutenables. Elle avait besoin de parler avec quelqu’un.

Au mois d’avril dernier, elle a décidé d’appeler BDO pour se faire conseiller.

La proposition de consommateur et les dettes monoparentales

 
Quand Mylène a parlé avec Ronald chez BDO, elle était soulagée de pouvoir se confier à quelqu’un au sujet de ses difficultés financières. Elle savait qu’elle voulait éviter de faire faillite, si elle le pouvait, mais elle avait peur que ce soit sa seule option. Quand Ronald lui a expliqué le processus de la proposition de consommateur, ça lui semblait trop beau pour être vrai.

« Quand je lui ai expliqué la possibilité de réduire ses dettes à une fraction du montant initial, elle n’en croyait pas ses oreilles », raconte Ronald.

Bien que les propositions de consommateurs soient une solution à l’endettement de plus en plus courante, beaucoup de gens ignorent leur existence ainsi que leurs avantages en comparaison avec la faillite.

Pendant une proposition de consommateur, un syndic autorisé en insolvabilité entre en contact avec vos créanciers pour renégocier vos dettes et les réduire à un montant plus convenable. Suite à la renégociation, la réduction des dettes varie souvent entre 30-80% du montant initial.

Dans le cas de Mylène, Ronald Gagnon a fait une offre à ses créanciers qui réduirait ses dettes de 95 000 $ à 36 000 $, soit une réduction de 62 %.

En attendant la réponse de ses créanciers en mai, Mylène a envoyé un petit mot à son syndic : 

« J’ai tellement hâte. Je voudrais te voir en personne pour te remercier de ton aide. Je ne sais pas quand je vais recevoir leur réponse, mais j’ai les doigts et les orteils croisés. Je crois vraiment que ce sera une bonne nouvelle grâce à ton soutien. Je ne peux t’exprimer à quel point je suis reconnaissante. Merci ne suffit vraiment pas ! »

—Mylène, une fière cliente de BDO.

Et les nouvelles étaient bonnes. La proposition de consommateur a été acceptée à l’unanimité.

C’est important de comprendre que chaque proposition de consommateur est différente. Mais le syndic traite chaque dossier de la même manière, en déterminant un montant de remboursement qui soit acceptable et soutenable pour le débiteur. Ensuite, ce montant est divisé en des paiements mensuels abordables sur un maximum de cinq ans. 

La proposition de consommateur donne de la marge à son budget 

 
Mylène est maintenant dans le troisième mois de sa proposition de consommateur. Après s’être habituée à payer plus de 2000 $ en remboursement de dette à chaque mois à de multiples créanciers, elle paie maintenant 600 $ en une seule mensualité. Au bout de cinq ans, elle n’aura plus de dettes.

Mylène sait qu’elle a évité de demander de l’aide pour régler ses dettes pendant trop longtemps, mais elle voudrait que son histoire en inspire d’autres. Elle n’est certainement pas la seule à affronter des dettes monoparentales.

« Je ne peux pas expliquer combien je suis soulagée de ne payer qu’une seule mensualité à mon syndic. Avant, j’avais de la misère à faire le suivi, combien je devais payer et à qui, sans perdre le fil. En recevant ma paie, elle était partie le jour même. Maintenant, quand je suis payée, je peux faire mon épicerie, faire le plein et j’ai encore du lousse. Je ne suis plus stressée. Je suis tellement reconnaissante. Je suis fière que mes finances soient maintenant en ordre. »

—Mylène, fière cliente de BDO. 

Avez-vous du mal à gérer vos dettes ? Parlez-en avec des gens en qui vous avez confiance. Vous pouvez réserver une consultation gratuite en ligne et apprendre vos options en matière d’endettement avec un syndic autorisé en insolvabilité.
 
Réservez une consultation gratuite