Date

23 juin 2021

Comment faire un bilan financier de mi-année en 8 étapes simples.

Nous y voici! L’été bat son plein et la première moitié de l’année est derrière nous. Comment se porte votre santé financière ? Si un bilan de santé financière n’est probablement

Partager
Facebook Twitter LinkedIn

Comment faire un bilan financier de mi-année en 8 étapes simples.

Deux hommes parlant de leurs finances

Nous y voici! L’été bat son plein et la première moitié de l’année est derrière nous. Comment se porte votre santé financière? Si un bilan de santé financière n’est probablement pas la première chose à laquelle vous pensez en plein été, le milieu de l’année est le moment idéal pour faire un examen rapide de votre situation financière, pour réfléchir aux mois écoulés et pour planifier les prochains mois de dépenses.

Un bilan de mi-année peut vous aider à comprendre concrètement où vous en êtes et vous procurer une certaine tranquillité d’esprit, même si l’incertitude causée par la pandémie ne s’est pas dissipée.

Qui plus est, il pourrait vous permettre de trouver des occasions de mieux gérer votre situation financière et de réduire vos soucis d’argent, surtout en ce qui concerne la gestion de vos dettes. Commençons par la planification financière.

1. Comparez ce que vous possédez à ce que vous devez. 

Autrement dit, calculez votre valeur nette. C’est l’occasion de mesurer votre santé financière globale. Est-elle positive ou négative? Augmente-t-elle ou diminue-t-elle au fil du temps? Le calcul est simple :

vos actifs financiers – vos passifs financiers = votre valeur nette

Les actifs comprennent les soldes de vos comptes de chèques et d’épargne, la valeur marchande de votre maison ou de votre condo, vos REER, CPG, CELI et autres placements. Les passifs comprennent les dettes personnelles et les emprunts hypothécaires, les pensions alimentaires, les emprunts bancaires, les prêts étudiants fédéraux et provinciaux, etc.

2. Passez en revue et révisez vos objectifs financiers. 

Que vous les appeliez objectifs, résolutions ou promesses envers vous-même, il est bon de faire le point régulièrement pour suivre votre progression par rapport à l’atteinte de vos objectifs financiers. Vos objectifs sont-ils toujours pertinents et réalistes ? Faites le point sur l’épargne, le remboursement des dettes, les promesses de changer les habitudes de dépenses, etc.

Si vous n’avez pas fait les progrès escomptés, creusez un peu plus pour trouver ce qui vous empêche d’avancer. Vos dépenses ont-elles augmenté ? Vos habitudes financières ont-elles changé ? L’année dernière était particulièrement bouleversante pour plusieurs ménages et a rendu difficile l’atteinte de certains objectifs ou l’accomplissement de certaines tâches. Qu’avez-vous envie de faire à court, moyen et long terme ? Le moment est venu de revoir votre échéancier et de modifier votre plan au besoin.

3. Planifiez pour le reste de l’année. 

Le but est ici de chercher à éviter toute surprise financière inattendue et malvenue au cours des prochains mois. Au fur et à mesure que les provinces modifient et assouplissent leurs mesures de déconfinement, certains coûts vont refaire surface, comme les activités parascolaires pour les enfants ou les voyages.

  • Établissez un programme de dépenses pour l’étéIl est tellement tentant de faire des folies et de vivre au-dessus de ses moyens à cette saison.
  • Notez toutes les grosses dépenses à venir. Le remplacement d’un véhicule ou la réparation d’un toit qui fuit peuvent avoir des répercussions importantes sur votre budget, même si vous l’avez prévu.
  • Dressez la liste des décisions financières importantes que vous devriez prendre. Vous avez peut-être décidé de changer d’emploi, d’acheter une maison ou de déménager dans une autre ville ou province. Votre emprunt hypothécaire arrive peut-être à échéance ou votre conjoint prend un congé parental.
  • Mettez de l’argent de côté pour les dépenses inhabituelles. Les frais de la rentrée scolaire, les frais des activités parascolaires des enfants, les anniversaires, les mariages, les vacances, etc. : tout cela s’additionne. Envisagez d’ouvrir un compte d’épargne ou un budget distinct pour les dépenses inhabituelles. Plus vous mettrez de l’argent de côté, moins vous aurez tendance à recourir au crédit. 

4. Faites le point sur vos dettes.

Si vous avez calculé votre valeur nette, vous savez déjà combien vous devez. Mais que prévoyez-vous pour rembourser ces dettes ? Assurez-vous de bien comprendre vos options en matière d’endettement et faites-vous bien conseiller.

Qu’en est-il de votre comportement en matière de crédit? Au cours de la dernière année, de nombreux ménages ont eu davantage recours au crédit et à l’emprunt pour joindre les deux bouts. Comptez-vous régulièrement sur des cartes de crédit ou une ligne de crédit pour boucler le mois? Soyez l’affût des signes avant-coureurs de problèmes d’endettement.

Si la pandémie a rendu difficile ou impossible le remboursement de vos dettes ou le respect de vos obligations financières, n’attendez pas pour demander de l’aide. Le premier rendez-vous avec un syndic autorisé en insolvabilité est gratuit et n’entraîne aucune obligation de votre part. Le syndic s’assurera que vous comprenez bien toutes les solutions possibles de redressement financier et vous aidera à choisir celle qui convient à votre situation et vous permettra de vous libérer de vos dettes.

5. Actualisez votre budget si vous le pouvez. 

Posez-vous la question suivante : mon budget est-il toujours adapté à ma situation ? Pour de nombreux ménages canadiens, la réponse est non. Pour ceux qui ont perdu leur emploi ou qui ont subi une compression d’heures et de revenus, une augmentation du coût de la vie ou des frais médicaux imprévus, le budget de l’année dernière n’est probablement plus valable.

Si votre objectif est de réduire votre dette, de vous désendetter, ou d’accroître votre marge de manœuvre, essayez de supprimer complètement certaines dépenses ou de repenser la façon dont vous les répartissez dans votre budget. Par exemple, vous pourriez avoir besoin de dépenser plus pour l’épicerie et moins pour le câble. Vous serez en bien meilleure forme à la fin de l’année si vous avez mis en place un plan qui vous convient et qui équilibre vos revenus, vos dépenses, le remboursement de vos dettes, votre épargne et vos autres obligations et objectifs financiers. S’il n’est pas possible de revoir les dépenses ou de les réduire, voyez avec un syndic quelles solutions s’offrent à vous pour atteindre vos objectifs financiers.

6. Vérifiez votre cote de crédit. 

Votre cote de crédit est un indicateur de votre santé financière. Une cote de crédit élevée montre aux prêteurs que vous êtes un emprunteur à faible risque et que vous utilisez le crédit de manière responsable. Une cote de crédit faible signifie que vous devez étudier un peu plus attentivement votre dossier de crédit afin de comprendre ce qui fait baisser votre cote de crédit et de prendre les mesures nécessaires pour l’améliorer. Si vous vérifiez régulièrement votre cote de crédit, vous serez aussi averti des erreurs, des opérations frauduleuses et des vols d’identité dont vous pourriez être la victime.

7. Vérifiez vos retenues d’impôt.

Au cours d’une année financière normale, votre revenu peut être structuré de manière à ce que suffisamment d’argent soit retenu sur vos chèques de paie pour couvrir vos impôts et même obtenir un remboursement.

La COVID-19 a cependant changé les choses pour de nombreuses personnes. Ainsi, si vous avez reçu une aide au revenu en liée à la COVID (comme la prestation canadienne de maladie pour la relance économique ou la prestation canadienne de la relance économique), vous auriez tout intérêt à vérifier les retenues à la source. Le montant que le gouvernement fédéral retient pour l’impôt peut ne pas couvrir entièrement ce que vous devez. Si vous pensez que vous aurez davantage d’impôts à payer en avril prochain, envisagez de mettre un peu d’argent de côté chaque mois dès maintenant, si vous le pouvez.

8. Vérifiez votre fonds d’urgence (ou commencez à en constituer un). 

Si vous avez subi un quelconque revers financier en raison de la pandémie, l’importance d’avoir un fonds d’urgence ne vous aura pas échappée. Il est cependant parfois difficile de se décider à en constituer un. Lorsque les temps sont durs, vous n’avez peut-être pas la latitude nécessaire pour mettre de l’argent de côté pour les mauvais jours.

Un fonds d’urgence vous aidera à rester à flot financièrement en cas de dépense imprévue. Les pertes d’emploi ou de revenu, les urgences médicales et les congés de maladie prolongés ont été monnaie courante l’an dernier. Ajoutez à cela le risque de coûts imprévus comme les réparations de voiture, les urgences de plomberie ou les factures de vétérinaire, et vous pourriez vous retrouver dans l’incapacité de payer vos factures si vous n’avez pas de fonds d’urgence, ce qui pourrait entraîner une augmentation de vos dettes. Une solution consiste à envisager de placer votre remboursement d’impôt dans un fond d’épargne d’urgence, ou de déposer automatiquement un certain montant chaque mois pour les urgences. Même un petit montant mis de côté chaque mois peut vous aider à ne pas dépendre du crédit en cas de dépense imprévue à court ou à long terme.

Avez-vous besoin d’aide pour trouver la solution d’endettement qui convient à votre situation? Communiquez avec un syndic autorisé en insolvabilité dès aujourd’hui.

Explorez vos options de redressement financier

Date

23 juin 2021

Comment faire un bilan financier de mi-année en 8 étapes simples.

Nous y voici! L’été bat son plein et la première moitié de l’année est derrière nous. Comment se porte votre santé financière ? Si un bilan de santé financière n’est probablement

Partager
Facebook - mobile Twitter - mobile Instagram - mobile YouTube - mobile LinkedIn - mobile