L’Indice d’accessibilité financière de BDO : 3 Canadiens sur 10 n’ont pas assez d’argent pour satisfaire à leurs besoins

74 % des Canadiens ont des dettes ; 1 sur 4 ont le sentiment d’être dépassé par leur dette

 

TORONTO, 10 octobre 2018 – L’inaugural Indice d’accessibilité financière de BDO Canada, qui examine le coût de la vie au Canada, révèle que trois Canadiens sur dix n’ont pas assez d’argent pour acheter ce dont ils ont besoin, ce qui peut entraîner une dépendance accrue aux dépenses. Le rapport constate également que le niveau d’endettement non hypothécaire moyen des Canadiens est de 19 977 $.

Le sondage mené par Ipsos pour BDO Canada Limitée auprès de 2 000 Canadiens dévoile que la majorité des répondants (74 %) vivent sous le fardeau de la dette. Les cartes de crédit et les prêts hypothécaires font partie des dettes les plus courantes. Le quart des personnes interrogées qui sont endettées disent que leur dette personnelle est tellement accablante qu’elles ne savent pas quoi faire.

« Il n’est pas surprenant que les Canadiens soient surchargés de dettes, mais ce que notre indice d’accessibilité met en lumière est la raison pour laquelle nous sommes dans cette situation financière : le Canada n’est pas un pays abordable », a déclaré Doug Jones, président de BDO Canada. « Ce manque d’accessibilité signifie qu’un nombre important de Canadiens dépendent de leurs cartes de crédit pour répondre à leurs besoins et que beaucoup se sentent perdus et dépassés par leurs dettes. La bonne nouvelle est qu’un professionnel de la dette peut les aider à ne pas perdre le cap. »

Les femmes et les milléniaux sont les plus touchés par l’accessibilité financière

Les femmes au Canada sont plus susceptibles que les hommes à avoir des difficultés financières. Les femmes éprouvent plus de difficultés à épargner pour leur retraite (73 % des femmes contre 65 % des hommes), à épargner pour un achat important (74 % des femmes contre 64 % des hommes) et à assumer les coûts des transports (43 % des femmes contre 36 % des hommes). Les femmes sont également plus susceptibles d’avoir une dette plus importante que les hommes (52 % des femmes contre 45 % des hommes).

Les milléniaux (âgées de 18 à 34 ans) sont également fortement touchés par l’accessibilité au Canada. Près d’un sur cinq (18 %) dit repousser activement le fait d’avoir des enfants en raison de sa situation financière.

De plus, en moyenne, plus de la moitié (56 %) des Canadiens disent ne pas être suffisamment préparés aux événements importants de la vie. Les femmes et les milléniaux déclarent être soit « mal », ou « très mal » préparés pour les événements suivants :

  • L’achat d’une maison (56 % au total ; 62 % des femmes et 64 % des milléniaux)
  • Faire face à des coûts imprévus (50 % au total ; 54 % des femmes et 54 % des milléniaux)
  • Avoir des enfants (50 % au total ; 51 % des femmes et 57 % des milléniaux)
  • La retraite (56 % au total ; 61 % des femmes et 67 % des milléniaux)

La génération X et les familles en arrachent également

Un tiers (33 %) des membres de la génération X (âgés de 35 à 54 ans) déclarent n’avoir aucune épargne-retraite. Un autre 37 % disent avoir très peu d’épargne-retraite.

Un indicateur potentiel de ce manque d’épargne est le fardeau de la dette que portent les membres de la génération X. Parmi les 83 % des membres de la génération X ayant une dette (le groupe d’âge le plus enclin à avoir de la dette), six personnes sur dix déclarent avoir un solde de carte de crédit. Plus d’un tiers (37 %) des membres de la génération X ont entre 5 000 $ et 24 999 $ de dettes non hypothécaires.

« Ce constat est très sombre, car il semble que la majorité de ceux qui sont dans leur meilleure période pour accumuler une bonne épargne-retraite n’y sont pas préparés », ajoute M. Jones. « Cela peut entraîner une augmentation du nombre de personnes âgées incapables de financer leurs dernières années et qui doivent compter sur les cartes de crédit et d’autres formes de dette pour couvrir leurs frais de subsistance. Avec un plan solide pour les aider à gérer leur dette, élaboré avec les conseils d’un professionnel, les membres de la génération X peuvent réduire leur dette et économiser plus. »

Les Canadiens avec des enfants sont beaucoup plus susceptibles de dire que leur dette personnelle est tellement accablante qu’ils ne savent pas quoi faire (34 % contre 20 % de ceux qui n’ont pas d’enfants). Dans la majorité des secteurs (alimentation, logement et services publics, transport, épargne pour la retraite, loisirs et vêtements), les familles canadiennes éprouvent plus de difficultés à payer ces dépenses que celles sans enfants.

De nombreuses familles sont surchargées financièrement puisque plusieurs ont encore des enfants adultes qui vivent à la maison. Près du cinquième (18 %) des Canadiens ont un enfant de plus de 18 ans qui vit encore à la maison et les trois quarts (76 %) de ces familles disent que c’est parce qu’il est trop dispendieux pour un jeune adulte de partir en appartement.

BDO Canada Limitée compte au total 62 syndics autorisés en insolvabilité au pays pour aider les Canadiens à régler leurs dettes et à trouver la meilleure solution. Les syndics sont autorisés par le gouvernement fédéral et sont les seuls qui peuvent déposer une proposition de consommateur ou déposer un dossier de faillite pour un client.

Pour lire l’Indice d’accessibilité financière de BDO Canada, cliquez ici.

 À propos de l’Indice d’accessibilité financière de BDO Canada

Voici quelques conclusions d’un sondage Ipsos mené entre le 3 juillet et le 6 juillet 2018, pour le compte de BDO Canada Limitée. Pour ce sondage, un échantillon de 2 000 Canadiens âgés de 18 ans et plus du panel en ligne d’Ipsos a été interviewé en ligne. Le sondage est exact à ± 2,1 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

 À propos des services de redressement financier de BDO Canada s.r.l. :

L’ensemble des services de redressement financier de BDO est l’une des premières (depuis 1958) et plus grandes organisations offrant aux Canadiens et à leurs familles des solutions financières à travers le pays. Nos conseillers professionnels sont des syndics autorisés en insolvabilité (licenciés par le Bureau du surintendant des faillites) et des administrateurs de propositions de consommateur offrant des services de conseil en matière de crédit, de propositions aux consommateurs et de faillites personnelles.

Pour de plus amples renseignements et les demandes médias, veuillez joindre Alida Alepian de Capital-Image au 514-739-1188, poste 239 ou à [email protected].

Syndics autorisés en insolvabilité depuis 1958