Il était une fois un homme qui a demandé de l’aide pour ses dettes

La dette et les solutions à l’endettement ne sont pas les sujets de lecture les plus amusants. On en convient. La plupart des gens préfèrent ne pas penser à leurs dettes. En parler ? Encore moins. Mais le processus n’est probablement pas aussi compliqué que vous ne le pensez. La vraie difficulté est de faire face à la réalité et de faire le point sur tout ce que vous devez. Cette partie-là prend du courage, certes, mais il y a de l’aide. Vous n’êtes pas obligé de faire ce cheminement seul.

C’est pourquoi nous aimerions parler de ce moment qui précède la décision de demander de l’aide pour vos dettes et de répondre à quelques questions importantes, à savoir : Quel est le moment déclencheur qui pousse quelqu’un à vouloir résoudre ses problèmes de dette ? Et lorsque l’on décide qu’il est temps d’obtenir de l’aide, à quoi ressemble cette première étape ?

L’aide pour les dettes suit souvent un point de rupture, mais vous n’avez pas besoin de passer par là.

Le premier pas consiste à appeler un Syndic autorisé en insolvabilité (SAI). Qui est-ce ?

On peut envisager le syndic comme un thérapeute pour vos finances. Souvent, quand les gens rencontrent un SAI, c’est parce qu’ils ont frappé leur Waterloo. Financièrement, les choses vont mal. La consultation initiale est donc la lumière au bout du tunnel. Un de nos SAI au Québec explique la consultation initiale comme suit :

« La majorité des gens qui viennent nous rencontrer ont hésité longtemps avant de le faire. Ce sont souvent des gens qui ont toujours respecté l’ensemble de leurs obligations financières. Ils ont honte de leur situation actuelle, ils vivent un sentiment d’échec. Ils se retrouvent dans une période de leur vie où ils arrivent difficilement à prendre des décisions éclairées car ils sont submergés, dépassés par les événements. C’est à ce moment que nous devons les écouter, bien identifier la réelle problématique sans juger, explorer les solutions possibles, en proposer la meilleure, selon nous, et laisser la personne faire son choix. »Laurier Richard, SAI à BDO Solutions à l’endettement à Québec.

Pour illustrer davantage ce qui se passe, prenons Antoine. Antoine n’est pas une vraie personne, mais nous aidons des gens comme lui tous les jours. Antoine est dans une relation toxique avec ses dettes. Après plusieurs années d’une mauvaise gestion de ses finances, ses problèmes atteignent un point de rupture.

Antoine, comme beaucoup d’autres, sait qu’il a des dettes, mais il ne réalise pas qu’il en a un problème, jusqu’à ce que quelque chose d’inattendu survienne dans sa vie. Antoine apprend qu’il doit déménager parce que son propriétaire a décidé de vendre son appartement. Une avalanche de nouvelles dépenses ensevelit ses revenus et son crédit (frais de déménagement, loyer plus élevé, deux mois payés d’avance, nouveaux meubles).

C’est seulement après qu’il commence à prendre du retard sur ses paiements de cartes de crédit que ça devient subitement plus clair : il a trop de dettes.

Ici, nous entrons dans une nouvelle phase de son histoire, la période pendant laquelle il se sent stressé, cafardeux, incapable d’imaginer une vie sans être criblé de dettes. Nous connaissons bien ce sentiment-là. C’est ce que la plupart des gens ressentent lorsqu’ils réalisent qu’ils ont trop de dettes.

Combien de temps dure cette période ?

Ça peut durer un certain moment. Comme Antoine, beaucoup de Canadiens attendent trop longtemps – trois mois, six mois, un an, voire deux ? – en essayant de se maintenir à flot. Après un mauvais quart d’heure, Antoine décide de demander de l’aide. Pourquoi ? Il en a marre tout simplement, de travailler tout le temps sans faire de progrès. Son point de rupture est financier, mais émotif et psychologique aussi.

C’est souvent à ce moment précis, lorsqu’ils sont au plus bas, que la plupart des gens décident de rencontrer un Syndic autorisé en insolvabilité.

Qu’est-ce qui se passe vraiment lors de la consultation initiale ?

Antoine est maintenant convaincu qu’il lui faut de l’aide avec ses dettes. Il sait qu’un prêt de consolidation ne ferait pas son affaire. Réduire le nombre de ses créanciers ou le montant qu’il paie en intérêts à chaque mois, ne l’aiderait pas. Antoine doit plus qu’il en a. Il est incapable de réduire ses dettes, autrement dit, il est insolvable.

Il prend la décision de parler avec un Syndic au sujet de ses dettes. La consultation initiale est gratuite. Il se dit qu’il n’a rien à perdre.

Avant de s’asseoir avec le syndic, on lui demande d’apporter les informations suivantes :

  • La valeur de ses avoirs (voiture, comptes en banque, REER)
  • Les montants de ses dettes (prêts-étudiants, marges de crédit, prêt-auto, cartes de crédit)
  • Son revenu
  • Ses dépenses mensuelles (loyer, paiements auto, frais de subsistance)

En une heure, le syndic comprend la situation financière d’Antoine dans son ensemble. Il lui présente toutes les options qui lui sont disponibles ainsi que la durée de temps que chacune prendrait pour être menée à terme. Parce qu’il est encore jeune (dans sa trentaine), n’a pas beaucoup de possessions et espère pouvoir obtenir une hypothèque d’ici les cinq prochaines années, son syndic lui suggère de déposer une proposition de consommateur.

Qu’est-ce qui se passe dans une proposition de consommateur ?

Avec la proposition de consommateur, Antoine n’aura qu’à rembourser le tiers de ce qu’il doit et pourra répartir ses paiements sur une durée de deux ans. Sa cote de crédit descendra d’à peu près 130 points, mais il pourra la rétablir d’ici la fin de ses paiements mensuels. La proposition de consommateur, une fois terminée, restera sur son rapport de crédit durant trois ans. Pour Antoine, qui ignorait ce qu’était une proposition de consommateur, c’est une bonne nouvelle.

Chose intéressante : les propositions de consommateur ne sont pas toutes les mêmes. Celle qui est déposée pour Antoine ne ressemblerait pas forcément à celle de quelqu’un d’autre. En effet, elle est une sorte d’entente que le syndic négocie avec vos créanciers, en votre nom.

Laurier Richard décrit la proposition de consommateur dans ces termes : « Je dis souvent que les limites d’une proposition sont les mêmes que l’imagination de ceux qui la rédigent. Un arrangement qui est équitable pour toutes les parties impliquées, qui respecte l’esprit de la loi et qui vise à permettre à quelqu’un d’honnête de se sortir d’une situation financière précaire sera très rarement refusé. »

Comme beaucoup de personnes qui rencontrent un syndic pour la première fois, Antoine ne savait pas trop à quoi s’attendre. Inquiet, il pensait que la faillite serait sa seule option. Quand il quitte le bureau de BDO, il peut à nouveau respirer. Il a un plan pour résoudre ses problèmes de dette. Il est soulagé et fier de lui-même pour avoir demandé de l’aide.

Les syndics à BDO aident des gens comme Antoine tous les jours, partout à travers le pays. Si nous pouvions vous donner un seul conseil, ce serait de rencontrer un syndic le plus tôt possible si vous pensez être surendetté. N’attendez pas le moment où vous n’avez pas le choix. Sachez que quelqu’un qui demande de l’aide fait preuve de courage.

Rencontrer un syndic n’est pas difficile. La difficulté réside dans le premier pas, la reconnaissance de votre réalité financière et la volonté de changer les choses. Alors le drame du fameux point de rupture, y compris le coup de blues qui va avec, vous ferez bien de vous en passer !

Avez-vous du mal à gérer vos dettes ? En apprendre plus sur vos options d’allégement de la dette en vous joignant à notre conversation sur Facebook ou Twitter. #SolutionsDettes