5 conseils pour survivre à la crise financière de la COVID-19

Pour beaucoup de gens, la COVID-19 signifie une crise financière qui continue de faire des ravages. Ces gens ont vu leurs heures de travail réduites ou sont au chômage et peinent à retourner au travail. Leur fardeau n’est pas seulement financier non plus ; c’est souvent émotionnel et psychologique aussi. Pendant que nos amis et nos familles maintiennent la distanciation sociale, c’est plus difficile maintenant de se confier aux autres, d’obtenir conseil et de trouver de nouvelles façons de réagir.

Afin de comprendre les effets de la pandémie sur les finances des Canadiens, on peut se référer au récent Indice d’accessibilité financière de BDO. Ici, le nouveau sondage montre que la perspective financière des Canadiens est en réalité assez hétéroclite. C’est vraiment pas pareil pour tout le monde. Alors que beaucoup de personnes se portent moins bien financièrement (39 %), il y en a plusieurs qui n’ont pas été affectées (43 %) et d’autres qui se portent mieux (18 %) depuis le début de la pandémie.

Pour les personnes pouvant continuer à travailler pendant la pandémie, elles ont vraisemblablement économisé davantage d’argent. Ce n’est pas surprenant. Le télétravail leur a permis de réduire de façon souvent drastique les frais associés au transport et à l’alimentation. Et, parmi tous les répondants, une grande majorité (76 %) a également réduit les dépenses non essentielles.

Cependant, il n’en demeure pas moins qu’une portion significative de Canadiens sont plus vulnérables maintenant qu’ils ne l’étaient auparavant. La COVID-19 a intensifié les disparités économiques et a creusé un écart plus conséquent dans le domaine de l’accessibilité financière.

À quoi ressemblent les difficultés financières des Canadiens ?

 

  • Précarité de l’emploi

     

La majorité des personnes (67 %) qui se trouvent dans une situation financière plus difficile ont fait l’expérience d’une interruption de la paie, que ce soit par une réduction d’heures de travail ou par des licenciements temporaires ou permanents. Regardons les choses de plus près.

  • Moins de résilience financière

     

Vivre de paie en paie est un des indicateurs les plus sûrs pour mesurer le stress financier. C’est le signe que quelqu’un n’est pas bien préparé pour faire face aux imprévus, ne peut économiser et s’avère plus susceptible d’utiliser ses cartes de crédit. Cette année, les gens sont pouvent encore plus vulnérables, se voyant contraints de joindre les deux bouts avec une paie réduite ou à l’aide de prestations gouvernementales, comme la PCU et l’assurance-emploi.

  • Une augmentation de dettes

     

Une diminution de salaire rend les obligations financières encore plus pesantes. Pour ceux dont les revenus ne sont pas suffisants pour couvrir leurs frais de subsistance, ils sont plus susceptibles de recourir au crédit, soit des marges de crédit, soit des cartes de crédit.

Si vous reconnaissez certaines de ces difficultés financières ou si l’incertitude de l’économie vous inquiète plus généralement, voici quelques mesures à prendre pour renforcer votre résilience financière.

Comment survivre à la crise financière de la COVID-19 ?

 

1. Réduire les dépenses non essentielles  

 
Les dépenses non essentielles sont en forte baisse à travers le pays. C’est là un signe que les Canadiens sont déjà en train de modifier leurs habitudes de consommation, de s’adapter à la nouvelle réalité et aux incertitudes de l’économie. Personne ne sait comment la crise financière de la COVID-19 va évoluer. Soyez donc frugal. Créez un budget et décidez bien à l’avance combien vous pouvez dépenser chaque mois. C’est important de réduire autant que faire se peut les dépenses facultatives. Si vous avez envie de faire des améliorations autour de la maison, ne soyez pas trop ambitieux et respectez votre budget.

2. Créer un fonds d’urgence

 
S’il y a une leçon d’argent à tirer de la pandémie, c’est que les imprévus sont inévitables et il vaut mieux y être préparé. L’indice d’accessibilité financière de BDO montre qu’une majorité de personnes (51 %) croient que l’établissement d’un fonds d’urgence est plus important maintenant que jamais. Essayez d’épargner trois mois de frais de subsistance et assurez-vous de garder ces économies en comptant, dans un compte en banque séparé.

3. Réduire les dettes  

 
Pour surmonter la crise financière, il vous faut une approche coordonnée. À part le fait de renforcer votre fonds d’urgence, il faut trouver des stratégies pour réduire les dettes. Pourquoi ? En réduisant vos obligations financières, vous évitez votre plafond de crédit, vous donnant de la marge de manœuvre, si jamais vous en avez besoin. En premier lieu, concentrez-vous toujours sur les dettes à taux d’intérêt élevé comme les factures de cartes de crédit. Un fonds d’urgence couplé d’une marge de crédit à taux d’intérêt avantageux peuvent être, ensemble, un excellent gilet de sauvetage si jamais une urgence se produit.

L’endettement durant cette période de pandémie est devenu difficile pour près d’un quart des Canadiens (23 %). Si c’est votre cas, vous serez peut-être gagnant de parler avec un syndic autorisé en insolvabilité. Un syndic peut vous aider à comprendre les différentes stratégies de gestion de la dette qui vous sont disponibles, comme les prêts de consolidation, la proposition de consommateur et même la déclaration de faillite.

4. Simplification budgétaire et d’autres sacrifices 

 
Vous avez déjà réduit vos dépenses non essentielles, économisé et réduit autant que possible vos dettes. Que faire par la suite pour améliorer votre situation financière ? La prochaine étape est d’essayer de simplifier votre budget ; n’ayez pas peur d’y faire des sacrifices. S’installer dans un logement moins coûteux est, par exemple, une stratégie efficace. Tout le monde peut faire ce genre de réflexion, à n’importe quel moment de la vie. Des factures de téléphone au loyer, toute dépense peut être scrutée, réduite ou tout simplement éliminée. Le même concept s’applique à d’autres aspect du mode de vie, comme le choix d’habiter seul ou d’avoir plusieurs voitures par ménage. La simplification budgétaire consiste à faire une évaluation totale de ce que vous considérez comme des dépenses « essentielles ». Le sont-elles vraiment ? Le processus peut débloquer de gros obstacles financiers et vous mettre sur la bonne voie.

5. Créez un budget et soyez proactif 

 
Souvenez-vous que la crise financière de la COVID-19 est loin d’être terminée. Les résultats de l’Indice d’accessibilité financière de BDO ne sont qu’un aperçu ponctuel des défis auxquels font face les Canadiens. Pour les prochains mois à venir, il faut établir un budget qui soit suffisamment souple pour répondre à d’éventuelles embûches.

Un budget vous appelle à jongler avec différentes responsabilités. Si vous avez trop de balles en l’air, prenez du recul, et essayez de simplifier vos obligations financières. Cela vous obligerait à faire face à la réalité de votre situation. Une rencontre qui n’est pas toujours des plus faciles.

Sachez, cependant, que le stress et l’angoisse qui peuvent accompagner les questions d’argent viennent du fait qu’on ignore souvent quoi faire pour rectifier le tir. Dans la plupart des cas, on manque tout simplement d’information.

Avez-vous besoin de conseils pour affronter vos problèmes d’argent ?  Un syndic autorisé en insolvabilité est une ressource fiable en matière de finances et d’endettement. Réservez une consultation gratuite pour en apprendre plus.  

Prenez rendez-vous