Ce qu’il faut savoir sur le surendettement et la santé mentale

Des études le montrent partout au monde, le surendettement et les problèmes de santé mentale sont étroitement liés.

Selon un récent sondage au Canada, 44 pour cent des répondants révèlent que leur situation financière influe négativement sur leur état psychologique. Au Royaume-Uni, ceux qui souffrent de problèmes de santé mentale ont trois fois et demi plus de chance d’être surendetté que ceux qui n’en souffrent pas. Au Québec, c’est un état qui va jusqu’à éveiller des idées suicidaires chez 30% des surendettés.

Sans doute y a-t-il un prix émotif et psychologique à payer quand il s’agit de faire face à un problème de surendettement. Ce n’est pas tout simplement une question de chiffres. La voie du redressement financier est certainement plus complexe que de régler son bilan financier personnel. Lorsque les dettes et la santé mentale vont de pair, il est presque impossible d’en résoudre un sans évaluer l’autre.

La santé mentale et le bien-être financier

L’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) a identifié six caractéristiques qui contribuent à ce qu’on peut appeler une bonne santé mentale. Le fait de vous familiariser avec celles-ci peut vous permettre d’évaluer votre propre santé mentale. Elles incluent une bonne estime de soi, un but et une raison d’être, de la résilience, des sentiments d’appartenance, de la participation et de l’espoir et du plaisir.

En ce qui concerne le surendettement, il n’est pas difficile de voir comment la situation financière de quelqu’un peut s’avérer nocive pour sa santé mentale. Un problème de dette peut non seulement influer sur le plaisir que vous prenez dans le moment présent, mais peut aussi porter atteinte à votre estime de soi et miner vos espoirs pour l’avenir.

Que faire ? Lorsque vous vous préparez à régler un problème de dette, trouvez une source d’inspiration dans le discours sur la santé mentale. Voici trois étapes pour vous aider à entamer le processus.

Première étape : Vous rendre compte que vous n’êtes pas votre dette

Un des traits définitoires d’une relation malsaine avec vos finances est le sentiment que votre dette est le reflet de votre personne. En effet, l’identification à vos dettes est une grande source de danger. Elle vous encourage non seulement à vous sentir coupable, mais va très souvent se solder par de nouvelles dettes.

Nous abondons dans le même sens que Melanie Lockert, auteure du site Dear Debt, qui conseille de faire le suivant :

« Dites-le haut et fort, écrivez-le : Vous n’êtes pas votre dette. La dette ne veut pas dire que vous êtes une personne mauvaise, stupide ou paresseuse ».

Autrement dit, comprendre que votre valeur de soi est différente de votre valeur nette constitue une pierre angulaire du processus de redressement financier.

Une estime de soi qui est distincte de votre situation financière est capitale. Savoir que vous n’êtes pas défini par votre compte en banque, les vêtements que vous portez ou les vacances que vous passez vous aidera à porter un regard plus clair et objectif sur vos finances.

Deuxième étape : Être honnête avec votre réalité financière

Une fois que vous avez établi une distinction claire entre votre dette et votre estime de soi, vous êtes prêt à faire face à votre réalité financière, ce qui est le plus pénible.

Avec ou sans des problèmes de santé mentale, on connaît tous des moments qui ne sont pas tiguidou financièrement parlant. Les soldes de nos comptes de banque et de cartes de crédit sont malignement esquivés afin de reporter à plus tard l’inévitable. Et ce, parce qu’on se sent vulnérable, alors qu’en réalité, c’est certainement désagréable, mais pas la mer à boire. C’est juste des chiffres…

Nous faisons appel encore une fois à Melanie Lockert pour vous transmettre quelques bons conseils. Selon elle, si vous avez à pleurer, pleurez. Criez dans votre oreiller même. Ça fait du bien. Les émotions sont tout à fait naturelles. Faites une longue promenade. Réservez une journée entière pour l’évaluation de vos comptes. Digérez la réalité pendant quelques jours.

Après que vous avez tout vu et tout compris, il faut maintenant passer à l’étape suivante qui est de trouver un but dans votre relation avec l’argent.

Troisième étape : Trouver un but pour vos finances

Un problème de dette peut vous donner l’impression que votre futur financier est sans espoir. Peut-être vous demandez-vous quel est le but d’essayer de mieux gérer votre argent quand vous n’en avez que très peu ? Si vous avez déjà du mal à trouver un but aux choses dans les autres aspects de votre vie, un problème de surendettement peut facilement empirer la donne.

En effet, l’absence d’un but financier aboutit à une vision très court-termiste de votre argent et de vos habitudes de dépense, même pour les petits montants que vous jugez insignifiants (ils ne le sont pas). Par exemple, vous êtes peut-être en train de dépenser simplement pour payer le nécessaire ou pour vous remonter le moral dans le moment présent, sans pour autant en considérer les conséquences à plus long terme. Lorsque vos dépenses favorisent la gratification immédiate, votre avenir financier en paie malheureusement le prix.

Une relation saine et réfléchie avec l’argent consiste à pratiquer l’opposé le plus souvent possible, c’est-à-dire la gratification différée, afin de réaliser un but qui est important pour vous. Que voulez-vous vraiment ? La volonté et l’effort qu’il vous faut pour épargner votre argent et planifier vos dépenses seront une source de fierté. Ce n’est plus les choses qui vous procureront du plaisir mais votre estime de soi et votre optimisme pour l’avenir, deux bases sur lesquelles votre santé mentale pourra compter.

Trouver de l’aide

Si vous avez des difficultés à gérer vos problèmes de santé mental ou vos dettes, il y a de l’aide. Un bon endroit par où commencer est de savoir si votre employeur offre un Programme d’aide aux employés (PAE). Sinon, l’ACSM peut vous aider à trouver un programme de soutien dans votre région. En visitant un de nos bureaux BDO, nous pouvons également vous fournir une liste de ressources locales et vous aider à trouver l’aide qui convient.

Trouver de l’aide pour ses dettes est un excellent premier geste à poser pour vous sentir plus résilient et optimiste pour votre avenir. Vous pouvez rencontrer un syndic autorisé en insolvabilité (SAI) pour passer en revue toutes vos options d’allégement de la dette tout en apprenant à établir des objectifs financiers et à vivre selon un budget.

Vos dettes ont-elles un mauvais effet votre santé mentale ? Joignez-vous à notre conversation sur Facebook ou Twitter #SemaineDeLaSantéMentale #ParlerHautEtFort